Menu

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé et les Nations-Unies, les maladies chroniques (maladies cardiovasculaires,diabète…) sont un problème mondial de santé publique. Elles devraient être responsables de 70 % des décès dans le monde d’ici à 2030 et sont principalement liées aux habitudes de vie dans nos pays.

En France, bien que l’espérance de vie soit une des plus élevée d’Europe, la mortalité évitable par prévention est plus élevée que dans de nombreux pays de l’UE. [1]

« La combinaison de quatre facteurs associés à un style de vie sain – ne pas fumer, exercer régulièrement une activité physique, maintenir un poids santé et adopter un régime alimentaire diversifié et équilibré – semble réduire de 80 % le risque de maladies chroniques les plus courantes et les plus mortelles ».

Fatma Al-Maskari,

MBChB, PhD, LRCP & SI, FFPH est Professeur associée, au Department of Community Medicine, à la Faculty of Medicine & Health Sciences, à l’Université des Émirats arabes unis, pour le site des Nations-Unies.

 

Dès l’enfance, nous préparons notre santé de demain : prévalence des maladies liées aux habitudes de vie.

Sept facteurs de risque principaux sont identifiés comme étant à l’origine de près de 60 % des problèmes de santé : hypertension artérielle, tabagisme, abus d’alcool, hypercholestérolémie, surpoids, faible consommation de fruits et de légumes et manque d’activité physique.

A titre d’illustration, en France :

1 français sur 4 souffre d’une maladie chronique, 3 sur 4 après 65 ans [2],

1 personne sur 6 est obèse et 1 adulte sur 2 est en surpoids,

2 adultes sur 3 seront touchés par une maladie cardiovasculaire [3].

Plus de 3 personnes sur 5 déclaraient souffrir d’au moins une maladie chronique chez les plus de 65 ans en 2017,

 

9 français sur 10 (dont 60 % de femmes et 57 % de jeunes) souffrent d’un mauvais stress pouvant conduire à :

 

 

  • Risques cardio-vasculaires
  • Diabète et surpoids
  • Troubles généraux
  • Pathologies digestives
  • Autres troubles

 

 

Les impacts économiques des maladies liées aux habitudes de vie.

D’ici 2030, « les plus de 65 ans représenteront un quart de la population et souffriront en moyenne de 4 à 6 pathologies. Notre système de soins devra accompagner et prendre en charge 1,4 à 1,7 million de personnes âgées dépendantes, et gérer une augmentation probable de 50 % du nombre de patients en ALD (affection longue durée) par rapport à aujourd’hui. »[4]

Les impacts économiques des maladies liées au mode de vie se concentrent dans trois domaines :

 

productivite

Le CESE [5] estime à 17 milliards d’euros la productivité perdue [6].

Plus de 15 % de la population active est concernée.

Le coût moyen direct d’un arrêt de travail lié à une maladie chronique (absentéisme, intérim, surcroît de travail) est estimé à 9 000 euros par mois.

taux

Le taux d’activité professionnelle des personnes souffrant de maladies chroniques est de 35 % [7].

Le coût des arrêts de travail liés aux maladies chroniques est estimé à 525 millions d’euros par an.

partenaire-ameliorez

La France présente un nombre d’hospitalisations évitables par la prévention et les premiers secours plus élevé que dans d’autres pays de l’UE.

La CNAM estime que 60 % des dépenses de santé de l’Assurance maladie sont liées à la prise en charge des 20 millions de personnes souffrant de pathologies chroniques, ce qui représente 84 milliards d’euros.

Pour faire face à cet enjeu, une transition du modèle curatif actuel à un système de santé préventif est essentielle.

Acteurs privés et publics s’accordent sur la nécessité de dépasser la dichotomie actuelle prévention / curation, pour rentrer dans un système pro-actif d’actions de prévention santé, appelées interventions non médicamenteuses.

Cette transition, c’est la prise en charge préventive, développée par Vivoptim Solutions depuis 2015.

La prise en charge préventive permet de :

  • Décloisonner le parcours de santé et le parcours de soins
  • Quitter l’approche épisodique des soins
  • Réduire les dépenses de santé
  • Réduire les épisodes de soins
  • Réduire le nombre et la durée des arrêts maladies
  • Répondre aux obligations légales en matière de QVT
  • Améliorer l’espérance de vie en bonne santé mais aussi la qualité de vie

Sources

[1] OCDE / European Observatory on Health Systems and Policies (2019), France : profils de santé par pays 2019, State of Health in the UE, OECD Publishing, Paris /European Observatory on Health Systems and Policies, Brussels
[2] INSERM 2019
[3] OCDE / European Observatory on Health Systems and Policies (2019), France : profils de santé par pays 2019, State of Health in the UE, OECD Publishing, Paris /European Observatory on Health Systems and Policies, Brussels
[4] Leem – https://www.leem.org/sante-2030-analyse-prospective-pour-relever-les-defis-de-la-sante-de-demain
[5] Conseil économique, social et environnemental
[6] Les maladies chroniques, Les maladies chroniques, Michel Chassang et Anne Gautier, Les avis du CESE, juin 2019
[7] Réseau Anact-Aract